googlea8d668a1fc2fb1d2.html
  • Caroline

L'Equine Breathing

Qu’est-ce que l’Equine Breathing et d’où cela vient ?

L’Equine Breathing (littéralement « la respiration équine ») est une méthode d’entrainement respiratoire pour chevaux. Clare est la créatrice de cette méthode peu conventionnelle : elle est partie des recherches du Dr Buteyko, ingénieur russe, qui a étudié l’asthme chez les humains (le sujet est très intéressant si vous voulez chercher des infos sur internet). Buteyko partait du concept suivant : lorsque nous respirons mieux, notre corps fonctionne mieux (ça c’est la version très très simplifiée 😉). Lorsqu’un asthmatique régule sa respiration en respirant moins (oui, oui, vous avez bien lu), il arrive à gérer ses crises à en diminuer les fréquences et à baisser sa prise de médicaments (et ça marche, de nombreux témoignages existent, même si cette méthode est très peu connue en France). Clare a testé les exercices de respiration sur elle-même, qui était malade ; elle vit aujourd’hui normalement alors qu’elle était alitée depuis 2 ans. Etant fine observatrice, elle a constaté que la plupart des chevaux « sur-respirent », c’est-à-dire qu’ils respirent trop (tout comme la plupart des humains par ailleurs, parce que nous mangeons trop, sommes trop sédentaires…).


Comment ça marche ?

Rentrons un peu plus dans les détails : lorsque nous (ou les chevaux) sur-respirons, nous conservons moins de dioxyde de carbone (CO2) dans notre corps. Hors, ce fameux CO2 si mauvais pour la planète est un élément indispensable aux réactions chimiques du corps. Par exemple, il intervient dans le transport de l’oxygène dans les muscles. Donc moins de CO2 dans le corps entraîne un moins bon fonctionnement musculaire… Utile non ? Si certains veulent en savoir plus sur les effets du CO2 dans le corps, contactez-moi.

Le but de l’Equine Breathing (et de Buteyko pour les humains), est de faire remonter le taux de CO2 du corps pour lui permettre de retrouver un fonctionnement optimal.


Quand utiliser l’Equine Breathing ?

Cette méthode peut être utilisée pour de nombreux cas, et souvent avec des résultats étonnants : asthme, emphysème, head shaking, cas de dermites, certains problèmes de comportement, problèmes immunitaires… Vous trouverez des cas et discussions sur Facebook (ici pour le français, et en anglais : ici pour la page générale, ici pour la page de Clare, ici pour les chevaux qui ont des problèmes respiratoires ; ici pour les chevaux qui font du Headshaking ; ici pour les chevaux qui tics à l'air) et sur son site.


Comment faire chez les chevaux ?

Il existe un exercice assez simple à réaliser soi-même qui s’appelle 1N. L’idée est de réduire la respiration de votre cheval en lui bouchant une narine pendant 5 minutes, puis l’autre. Répéter l’opération 3 fois de chaque côté (voir ici pour les instructions complètes). Clare a également créé des masques ayant des épaisseurs et des fonctions différentes. Je ne vais pas décrire chaque masque ici, si vous voulez en savoir plus, consultez son site. Sachez néanmoins que, même si les masques sont faciles d’utilisation, ils demandent un investissement personnel en terme de temps non négligeable. Ils demandent aussi que l’on écoute beaucoup son cheval, ses symptômes, ses moments de fatigue et de forme.


Parce que les preuves sont toujours plus intéressantes que les mots, voici le cas pratique de mon cheval, Upton

Upton s’est mis à tousser peu de temps après que je l’ai acheté en mars 2017. Il a été diagnostiqué asthmatique en septembre 2017 et était constamment arrêté depuis parce qu’il toussait (pollen, chaleur, froid, poussière…). Il était bien évidemment dans un box aéré, sur copeaux, avec du foin trempé et des sorties en paddock régulières. En 2018, il a été traité 2 fois pendant 3 semaines par nébuliseur en complément de sirops et a été arrêté, sur l’année, plus de 4 mois par intermittence. Le plus dur là-dedans, hormis le fait que je souhaitais faire du CSO avec lui, est que le travail était trop irrégulier pour lui faire prendre du muscle… Dès qu’il était en détresse respiratoire, il perdait de l’état très rapidement. Il luttait, même lorsqu’il ne toussait pas, pour respirer (il respirait avec le flanc, cela doit parler aux propriétaires de chevaux emphysémateux…). Comme énoncé plus haut, j’ai cherché à trouver une solution au problème sur le long terme, à le "guérir"… Hors, cela n’existent pas en médecine classique pour cette pathologie précise. J’ai donc cherché ailleurs. Faisant moi-même des séances de relâchement dites « holistiques » (Méthode Masterson), je me suis logiquement tournée vers la guérison holistique et ai trouvé Clare en Angleterre. Je dois dire que j’ai été enthousiasmée par sa méthode.

J’ai commencé par 1N et est vu, au bout d'une semaine, une amélioration de sa respiration. J’ai donc contacté Clare et après une réflexion sur le cheval, son utilisation et mes objectifs, nous avons commencé le programme mi-janvier 2019… Juste au moment où Upton s’est remis à tousser.

Evidemment, l’Equine Breathing n’est pas une solution miracle. Les pollens sont arrivés très tôt et j’ai fini par appeler le vétérinaire car son état m’inquiétait (nouveau véto qui fait de l’homéopathie, soyons cohérent ;-)). Le temps retournant au froid, Upton a arrêté de tousser puis a recommencé avec les pollens en mars. Clare a été très présente pour répondre à toutes mes questions pendant cette période assez anxiogène. Aujourd’hui, il souffle ou tousse certains jours et d’autres non, la tendance étant à une amélioration certaine.


J’ai noté de nombreuses choses depuis janvier : il a arrêté de tousser au box. Sa toue a été moindre pendant toute la période des pollens, ce qui fait que j’ai pu continuer à le monter au pas et au trot (là où avant il toussait même au box et n’était pas montable pendant les crises). Il y a eu des jours avec et des jours sans et d’après Clare, le plus important est de respecter le rythme du cheval : les jours où il était tout mou (donc occupé à guérir), je ne fais pas grand-chose, une promenade au pas par exemple. Les jours où il était en forme, je le travaillais, partait en trotting ou sautait un peu. La difficulté était qu’il fallait être vraiment flexible et pouvoir changer son programme en fonction de lui, ce qui était quelques fois frustrant… En 2 mois, sa respiration par les flancs a nettement diminuée, ce qui était très encourageant. Je me suis mise à le travailler normalement la plupart du temps. Nous sommes retournés en concours, avec succès, et il n’a pas eu l’air gêné dans sa respiration pendant le tour (je lui ai aussi laissé beaucoup de temps de récupération puisqu’un corps qui fonctionne moins bien et respire moins bien récupère moins bien aussi). Upton a repris de l’état et a commencé à reprendre du muscle (enfin…).

Si cela vous intéresse, je ferai un update dans quelques mois sur sa situation. Entre temps, si vous souhaitez en savoir plus la méthode, envoyez-moi un message ou contactez Clare directement.


Update du 15/07/2019 : depuis l'écriture de l'article, Upton continue de s'améliorer. Malgré les moissons du mois de Juillet qui affectent de nombreux chevaux (la moitié des chevaux de l'écurie toussent), il ne présente aucun symptôme particulier (pas de toux et pas de changement au niveau de sa respiration). Il semble toujours un peu gêné lorsque je lui demande de fermer l'angle tête-encolure au galop (pas au trot) mais après quelques tours, il s'améliore. Nous avons tourné en concours occasionnellement et il va toujours aussi bien et ne semble pas gêné non plus. L'amélioration constatée en mai est donc réelle et continue 😊


Update du 17/09/20 : j'avoue avoir tout mis de côté pendant ma maternité, d'où le manque d'info entre 2 😉. Depuis un plus d'1 an, Upton s'est stabilisé. Il ne tousse quasiment plus et respire mieux. Entre l'hiver 2019 et l'été 2020, il a été au travail sans interruption, fait des séances avec une pro, sorti en concours... Sans aucun problème. Je pense qu'il va continuer à faire de l'Equine Breathing jusqu'à la fin de ses jours 😂 Ce qui est marrant, c'est qu'il nous montre quand il a besoin des masques et quand il en a assez. En temps de "guérison", il garde son masque normalement, 12h par jour. Quand il en a assez, que son corps a besoin de temps, il le détruit littéralement 😂 Donc j'ai appris à coudre pour le réparer 😁

L'éveil du corps 2018 - Mentions légales

9 rue des Fusillés de la Résistance, 92800 Puteaux

Tel: 06 19 81 10 25

  • Facebook Social Icon